Console originale

A première vue l'histoire de la console de César Franck parait toute évidente. Tournemire reçut I'ancienne console du curé de Sainte-Clotilde - Il a légua par testament à Flor Peeters parceque de tous ses amis, iI a été leplus fidèle - Celui-ei, à son tour, la légua au Conservatoire Royald'Anvers- Conservatoire qui en fit don au Vleeshuismuseum, ou elle se trouve actuellement. A la demande d'Orgelkunst et à I'occasion de I'année Cavaillé-Coll 2011, Annelies Focquaert a creusé plus à fond cette histoire, conservée par la tradition orale, et c'est alors que beaucoup de sources jusqu'alors inconnues ont refait surface. Même siI'on ne dispose pas de certitudes sur le véritable propriétaire de la console en 1933, on peut néanmoins affirmer qu'elle fut sauvegardée par le curé de Sainte-Clotilde et par Tournemire. Etonnamment, le testament de celui-ei ne livre aucun détail sur la console. Aussi est-te groce à la découverte de quelques lettres que nous pouvons élaborer des suppositions. L'une d'entre elles, écrite par Flor Peeters à la veuve Alice Tournemire, met en avant la volonté de Charles Tournemire de léguer la console à la ville de Liège, après le décès respectif d'Aliceet de Flor Peeters. Une autre lettre montre qu'Alice Tournemire, contre les demières volontés de Charles Tournemire, légua de son vivant la console à Flor Peeters ne désirant pas 'attendre sa propre mort'. La console prit place chez Peeters à Malines à partir de 1946 ou de 1947. A son tour, Flor Peeters légua la console au Conservatoire d'Anvers et après son décès en 1986, elle se retrouva dans le bureau du directeur dudit conservatoire, qui la donna à titre de prêt au Vleeshuismuseum en 1991. La recherche accomplie a donc permis de mettre à jour des sources inconnues et de retrouver des textes et des dossiers considérés alors comme disparus. Toutes les pièces du puzzle se sont alors mises en place.
Résumé Article Annelies Focquaert L'Histoire de la console de Cesar Franck (en Hollandais) Orgelkunst 34, 2, 82-96 (2011)

Console originale de Cavaillé-Coll