Les Grandes Orgues Cavaillé-Coll

Les Grandes Orgues de Jean Langlais

Peu de temps après 1945, Jean Langlais fit enlever une partie du plafond d'orgue et le fit remplacer par un toit surélevé, fait à partir de panneaux en aggloméré afin d'améliorer la diffusion du son provenant du Récit.

Les travaux effectués par Beuchet-Debierre entre 1956 et 1962
Entre 1956 et 1962, une révision conséquente de l'orgue fut effectuée sous la supervision de Jean Langlais, afin de faire évoluer l’esthétique de l’orgue vers le néo-classicisme très en vogue à l’époque. Pour mener à bien ces travaux, ce fut la Maison Beuchet-Debierre qui fut à nouveau choisie. L'harmonie fut confiée à Jacques Picaud qui effectua quelques transformations. Le programme des travaux consistait :
- Au remplacement de la transmission mécaniques des notes et des jeux, par une transmission électro-pneumatique (avec un combinateur).
- La suppression des réservoirs du GO et du Positif. Ils furent remplacés par des régulateurs verticaux à ressorts. La pression fut unifiée entre basses et dessus et le parcours des portes-vent futs modifié.
- A l’adjonction d’une nouvelle console avec un combinateur électro-mécanique, pédale de crescendo et des pistons.*
- La composition fut également vigoureusement modifiée. Les changements et les ajouts furent les suivants :
Au Grand-Orgue :
• Remplacement de l’Octave 4' par une Flûte 4' (Ce changement fut peut-être c'est déjà fait en 1933).
• Le cornet fut refait à neuf et placé sur un sommier auxiliaire.
• La résultante en 16’ du Plein-jeu fut bouchée.
Au Positif:
• Remplacement de la Viole de gambe 8’ par un Larigot 1 1/3' ;
• La Flûte Octaviante 4’ fut coupée ‘au ton’ et munie d’enchoches.
Au Récit Expressif:
• Adjonction de deux chapes supplémentaires sur le sommier de 1933, afin de placer un Clairon 2’** et le Plein jeu IV rangs de 1933 dont la place est désormais occupée par un Principal italien 4' neuf
• La Flûte Octaviante 4’ fut coupée ‘au ton’ et munie d’encoches munies d’enchoches.
• Réharmonisation de l’Octavin 2’
A la Pédale:
• Le sommier supplémentaire de 1933 fut modifié afin de recevoir 3 jeux neufs (Prestant 4', Doublette 2' et Bourdon 8' (qui substitua la Quinte)).
Malheureusement, aucune trace écrite concernant la réharmonisation effectuée par Jacques Picaud, nous ai parvenu, Cependant, il est certain que l'image sonore de l'instrument fut complètement modifiée. Un jeu de Cavaillé-Coll disparut (Viole de Gambe 8’ du GO) et deux furent profondément altérés (les deux Flûtes Octaviantes 4’ furent coupées 'au ton' et munies d'encoches).

* les anciens claviers sont à présents réutilisés dans le nouvel orgue de St-Louis-de-Vincennes (Denis Lacorre, 2016). Source: L'orgue Denis Lacorre de l'église Saint-Louis-de-Vincennes. Naga-Infoigrapie, 2017.
** Selon Marie-Louise Langlais (vidéo), son mari avait entendu le clairon 2’ de l'orgue du Tabernacle de Salt Lake City, Utah (USA). Impressionné par la sonorité, il voulut une gamme complète d’anches (16’-8’-4’-2’) sur le Récit à la Sainte-Clotilde.


Les travaux de maintenance effectués en 1983 par Jacques Barberis
En 1983, l’orgue montra des signes évidents de fatigue et il fut décidé de procéder à un relevage ainsi qu’à des modifications supplémentaires. Ces travaux furent confiés au facteur Jacques Barberis, sous la direction de Jean Langlais. Il était alors question de faire classer l’orgue aux Monuments Historiques au grand dam de Jean Langlais.
Le programme des travaux consistait :
• A un dépoussiérage général de la tuyauterie ainsi qu’à la réparation de certaines entailles de timbres.
• Au retour de la Clarinette 8’ du Récit sur le sommier du Positif (qui est son emplacement d’origine).
• Les jeux de Tierce et Piccolo de 1933 furent placés sur deux petits sommiers en latté, munies d’électro-soupapes.
• Au Récit Expressif, l’emplacement de la chape de la clarinette 8’resta vide.
• La console fut équipée d'un nouveau combinateur et d'une pédale crescendo réglable.

Vers 1995, la Maison Hédelin installa un combinateur électronique et effectua un petit relevage sans modifications.

Composition de l'orgue après 1962

La Console 1962

Une nouvelle console fut posée par le facteur Beuchet-Debierre en 1962. Cette dernière fort ergonomique mais peu esthétique se trouvait sur la seconde tribune. Le meuble plaqué d’acajou sombre contrastait beaucoup avec la blancheur des claviers et des tirants de jeux en bakélite. Les commandes des jeux étaient séparées en 4 rangées distinctes selon les plans sonores et les accessoires (tirasses et accouplements) étaient actionnables soit par des champignons à la pédale ou au moins de dominos situés au dessus des claviers. Lors des travaux de 1988 à 2004, le bâtit de la console fut réutilisée et transférée sur la 1ère tribune qui servait jadis, aux choeurs.

Langlais: Fantaisie sur B-A-C-H (1980)