LE GRAND ORGUE 5/5 l’orgue de Franck - l’orgue de Tournemire - l’orgue de Langlais - l’orgue de Taddei
© 2020 Orgue Sainte Clotilde Paris

COMPOSITION 1933

Le 3e agrandissement de l’orgue - et la restauration

La plus récente rénovation (1999-2005) a été réalisée par Bernard Dargassies, sous la

supervision de Jacques Taddei (le titulaire aux temps-là) et Jean-Louis Coignet, conseiller

de l'orgue de la ville de Paris.

LES DEUX CONSOLES

Depuis les derniers travaux de 2005, l’orgue possède deux consoles : une console permanente placée sur la galerie inférieure. une console indépendante, sur roulettes, placée dans la nef. La console permanente située sur la tribune inférieure réutilise un reliquat non négligeable de l’ancienne console de Beuchet-Debierre. Placée face à l’orgue, elle permet aux fidèles de voir le jeu de l’organiste à travers le garde-corps de la tribune, lors des Offices. La console mobile permet au public de profiter pleinement du jeu de l’organiste, dans la nef. Cela permet également de programmer les grandes pièces symphoniques avec orchestre autour de l’orgue. Cette console possède un quatrième clavier (pour les chamades). Ce clavier était initialement destiné à des jeux qui n'ont jamais réalisés. Les jeux marqués sont les jeux dans lesquels les tuyaux originaux de Cavaillé-Coll sont toujours présents.

L’ORGUE DE JACQUES TADDEI 2005-

Le programme des travaux consistait : Retrait du panneau de déflecteur au-dessus du buffet. Répartion des réservoirs et porte-vents, un ventilateur neuf et un réservoir primaire neuf à ceux qui étaient en place et rétablissement des pressions d'origine. Restauration de la tuyauterie avec comme point de départ: revenir au caractère original des jeux et réharmoniser les jeux néobaroque pour acquérir un instrument symphonique homogène. Remplacement de moteurs pneumatiques des registres par des moteurs électriques, Replacement de la transmission électromécanique de Beuchet par un dispositif électronique solid-state avec l’adjonction d’un combinateur électronique Restauration de la console, remplacement et complément des tirants en plastiques de 1962 par des nouveaux en palissandre et porcelaine; nouveau meuble. Changements dans la composition: o Ajout d'une Trompette 8 en chamade (commune pour les plans sonores du Récit, Grand-Orgue et Pédale) à la galerie supérieure. Au Grand-Orgue o Remise de la résultante 16 du Plein-Jeu Au Positif o Suppression de la pédale de Beuchet (occultant le Récit); cette pédale a été redisposée et refaite, donnant désormais la composition suivante : flûte 4, flûte 2, soubasse 16, basse 8, quinte 10 2/3. o l'installation d'un nouveau sommier de Positif comportant six jeux de faible hauteur (qui ne peuvent pas empêcher la propagation du son venant du Récit). Il s’agit des jeux de Tierce 1’3/5, Piccolo 1’ provenant du Positif, des jeux de Quinte 5-1/3, Tierce 3- 1/5, Septième 2-2/7 et Unda Maris 8 flûté (tirés de stocks de la Ville et des facteurs Dragassies, Gonzalez et Jacquot); o Rallongement de la flûte octaviante (qui avait été coupée en 1962) Au Récit o Remplacement du Clairon 2’ par un Fifre harmonique 1’ o Ajout d’un Cor de nuit 8' o Ajout d’une clarinette 8 A la Pédale o Ajout une Contrebombarde 32 ( réalisée en bois dans la première octave) D’autres travaux o Ajout de deux tremblants o Transfert de la console sur la première tribune o Installation d'une console mobile afin que le public puisse, chose rare, voir l'organiste pendant qu'il joue. Cela permet également de programmer des grandes pièces symphoniques avec orchestre autour de l’orgue. à lire: SAINTE CLOTILDE : ETAT DES LIEUX Bernard Dargassies, juin 2004 (site internet)

Les deux galeries après 2005

Depuis la construction de l’orgue en 1859, la console était placée sur la tribune supérieure, face à l’autel. La tribune inférieure accueillait les chœurs, les instrumentistes et la Schola qui accompagnait les offices en musique. C’est cette configuration qu’ont connut Franck, Tournemire. L’accès se faisait alors par une porte située dans le narthex, à gauche. Cette dernière menait alors à l’intérieur de l’orgue où l’organiste pouvait alors rejoindre la tribune par une volée de marches à descendre. Il est clair que l’emplacement de la console n’était pas idéal pour l’organiste qui se trouvait dans une sorte de niche, sous l’orgue. De ce fait, la nouvelle console de 2005 a été placée sur la galerie inférieure qui n’avait plus vraiment d’utilité. L’accès à la console se fait désormais à l’intérieur de l’église, par un escalier conçu par Gustave Eiffel. Depuis 2019, il abrite une exposition avec des photos, des gravures relatant l’histoire du Grand Orgue ainsi que la galerie de portraits des anciens titulaires. À la galerie supérieure, la place jadis occupée par la console, est désormais occupée par les chamades.

CONSOLE

BUFFET

© Orgue Sainte Clotilde
LE GRAND ORGUE 5/5 l’orgue de Franck - l’orgue de Tournemire - l’orgue de Langlais - l’orgue de Taddei

L’ORGUE DE JACQUES TADDEI 2005-

Le 3e agrandissement de l’orgue - et la restauration

La plus récente rénovation (1999-2005) a été réalisée par

Bernard Dargassies, sous la supervision de Jacques

Taddei (le titulaire aux temps-là) et Jean-Louis Coignet,

conseiller de l'orgue de la ville de Paris.

Le programme des travaux consistait : Retrait du panneau de déflecteur au-dessus du buffet. Répartion des réservoirs et porte-vents, un ventilateur neuf et un réservoir primaire neuf à ceux qui étaient en place et rétablissement des pressions d'origine. Restauration de la tuyauterie avec comme point de départ: revenir au caractère original des jeux et réharmoniser les jeux néobaroque pour acquérir un instrument symphonique homogène. Remplacement de moteurs pneumatiques des registres par des moteurs électriques, Replacement de la transmission électromécanique de Beuchet par un dispositif électronique solid-state avec l’adjonction d’un combinateur électronique Restauration de la console, remplacement et complément des tirants en plastiques de 1962 par des nouveaux en palissandre et porcelaine; nouveau meuble. Changements dans la composition: o Ajout d'une Trompette 8 en chamade (commune pour les plans sonores du Récit, Grand-Orgue et Pédale) à la galerie supérieure. Au Grand-Orgue o Remise de la résultante 16 du Plein-Jeu Au Positif o Suppression de la pédale de Beuchet (occultant le Récit); cette pédale a été redisposée et refaite, donnant désormais la composition suivante : flûte 4, flûte 2, soubasse 16, basse 8, quinte 10 2/3. o l'installation d'un nouveau sommier de Positif comportant six jeux de faible hauteur (qui ne peuvent pas empêcher la propagation du son venant du Récit). Il s’agit des jeux de Tierce 1’3/5, Piccolo 1’ provenant du Positif, des jeux de Quinte 5-1/3, Tierce 3-1/5, Septième 2-2/7 et Unda Maris 8 flûté (tirés de stocks de la Ville et des facteurs Dragassies, Gonzalez et Jacquot); o Rallongement de la flûte octaviante (qui avait été coupée en 1962) Au Récit o Remplacement du Clairon 2’ par un Fifre harmonique 1’ o Ajout d’un Cor de nuit 8' o Ajout d’une clarinette 8 A la Pédale o Ajout une Contrebombarde 32 ( réalisée en bois dans la première octave) D’autres travaux o Ajout de deux tremblants o Transfert de la console sur la première tribune o Installation d'une console mobile afin que le public puisse, chose rare, voir l'organiste pendant qu'il joue. Cela permet également de programmer des grandes pièces symphoniques avec orchestre autour de l’orgue. à lire: SAINTE CLOTILDE : ETAT DES LIEUX Bernard Dargassies, juin 2004 (site internet)

Les deux galeries après 2005

Depuis la construction de l’orgue en 1859, la console était placée sur la tribune supérieure, face à l’autel. La tribune inférieure accueillait les chœurs, les instrumentistes et la Schola qui accompagnait les offices en musique. C’est cette configuration qu’ont connut Franck, Tournemire. L’accès se faisait alors par une porte située dans le narthex, à gauche. Cette dernière menait alors à l’intérieur de l’orgue où l’organiste pouvait alors rejoindre la tribune par une volée de marches à descendre. Il est clair que l’emplacement de la console n’était pas idéal pour l’organiste qui se trouvait dans une sorte de niche, sous l’orgue. De ce fait, la nouvelle console de 2005 a été placée sur la galerie inférieure qui n’avait plus vraiment d’utilité. L’accès à la console se fait désormais à l’intérieur de l’église, par un escalier conçu par Gustave Eiffel. Depuis 2019, il abrite une exposition avec des photos, des gravures relatant l’histoire du Grand Orgue ainsi que la galerie de portraits des anciens titulaires. À la galerie supérieure, la place jadis occupée par la console, est désormais occupée par les chamades.

LES DEUX CONSOLES

Depuis les derniers travaux de 2005, l’orgue possède deux consoles : une console permanente placée sur la galerie inférieure. une console indépendante, sur roulettes, placée dans la nef. La console permanente située sur la tribune inférieure réutilise un reliquat non négligeable de l’ancienne console de Beuchet-Debierre. Placée face à l’orgue, elle permet aux fidèles de voir le jeu de l’organiste à travers le garde- corps de la tribune, lors des Offices. La console mobile permet au public de profiter pleinement du jeu de l’organiste, dans la nef. Cela permet également de programmer les grandes pièces symphoniques avec orchestre autour de l’orgue. Cette console possède un quatrième clavier (pour les chamades). Ce clavier était initialement destiné à des jeux qui n'ont jamais réalisés. Les jeux marqués sont les jeux dans lesquels les tuyaux originaux de Cavaillé-Coll sont toujours présents.